un cocktail hivernal à haut risque

A lire absolument

DÉCRYPTAGE – La pandémie modifiant les prévisions, Santé publique France estime difficile de savoir si l’épidémie de grippe sera forte cet hiver.

L’an dernier, la prédominance du Covid-19 et les mesures barrières ont tué dans l’œuf grippe et bronchiolite. Cette année, les virus respiratoires risquent de circuler de nouveau – c’est même déjà le cas pour le VRS responsable de la bronchiolite du nourrisson. Et l’hôpital public s’apprête à connaître la conjonction inédite de quatre épidémies: grippe, bronchiolite, gastro-entérite et Covid.

«À l’hôpital, on est habitués à vivre avec cette saisonnalité, rappelle le Pr Marc Leone, chef du service réanimation et anesthésie à l’Hôpital Nord de Marseille (AP-HM). Nous ne prévoyons pas d’organisation particulière. Si le Covid revient massivement, ce qui serait étonnant au vu de la couverture vaccinale, l’impact sur les soins critiques sera moindre que lors des vagues précédentes.» Mais il rappelle que «le taux de remplissage en réanimation atteint 85 à 90%: il ne faut pas énormément de patients pour mettre le système en instabilité».

La grippe plus virulente cette année?

Le Pr Karim Tazarourte, président de la Société française de

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 80% à découvrir.

Repousser les limites de la science, c’est aussi ça la liberté.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

Langue de Windows 10 : comment la changer facilement

Vous voulez utiliser votre ordinateur en anglais,...

Plus d'articles comme celui-ci