faut-il abandonner l’idée d’une immunité collective ?

A lire absolument

LA VÉRIFICATION – Longtemps jugée comme l’objectif à atteindre, l’immunité de groupe a pris du plomb dans l’aile quand les vaccins se sont avérés moins aptes qu’espérés à éviter l’infection. Mais cela ne signifie pas qu’il faut oublier cette idée, et négliger de vacciner le plus de monde possible…

LA QUESTION. «Ne laissons pas tomber la stratégie d’immunité collective» : c’est, en substance, l’appel lancé mercredi 8 septembre par l’Académie de médecine. «On sait à présent que la vaccination ne permettra pas d’éradiquer le SARS-CoV-2», concèdent les auteurs du communiqué, tout en affirmant que «cette pandémie prendra fin, tôt ou tard, lorsqu’une immunité collective, soit post-infectieuse, soit post-vaccinale, parviendra à la contrôler».

Une déclaration qui se veut être une réponse rassurante face aux nombreuses voix estimant que l’immunité de groupe – longtemps montrée comme la lumière au bout du tunnel pandémique – n’est plus qu’un objectif illusoire. «Ce n’est pas le vaccin qui va nous débarrasser de ce virus. L’immunité collective qui était censée éteindre l’épidémie avec une population vaccinée à 75 ou 80% était un mirage, une illusion. La plupart des spécialistes en conviennent aujourd’hui : ce concept ne peut pas marcher avec ce coronavirus», assénait le journaliste

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 90% à découvrir.

Repousser les limites de la science, c’est aussi ça la liberté.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

Stéphane Houdet : « Aller dans les clubs pour inciter à la pratique »

Stéphane Houdet : "Aller dans les clubs pour inciter à la pratique" ...

Plus d'articles comme celui-ci