Brésil – Journée à haut risque avec des manifestations pro-Bolsonaro

A lire absolument

Publié7 septembre 2021, 04:16

D’importants dispositifs de sécurité seront en place dans les grandes villes afin d’éviter tout débordement lors de manifestations de soutien à Jair Bolsonaro.

Le président brésilien Jair Bolsonaro à Rio de Janeiro, le 1er septembre 2021.

AFP

Des manifestations de soutien à Jair Bolsonaro sont prévues mardi à l’occasion d’une fête nationale à haut risque dans des centaines de villes du Brésil, mais aussi de l’opposition soucieuse de frustrer le président d’une démonstration de force.

La tournure que prendra la fête de l’indépendance cette année est totalement imprévisible. Le président, que sa dégringolade dans les sondages pousse à remobiliser sa base, a promis que des foules «gigantesques» viendraient le soutenir.

Mais ses opposants descendront aussi dans la rue pour crier «Fora Bolsonaro!» («dehors Bolsonaro!»), inquiets des menaces que fait peser sur la démocratie le président d’extrême droite, qui a ouvert une grave crise institutionnelle en déclarant la guerre à la Cour suprême.

D’importants dispositifs de sécurité seront en place dans les grandes villes, en priorité à Brasilia, puis à São Paulo, afin d’éviter tout débordement. Cortèges de bolsonaristes et d’anti-Bolsonaro ne devraient pas se croiser. En tout cas sur le papier.

«Ultimatum»

C’est dans ces deux villes que l’ancien parachutiste a appelé ses partisans à se mobiliser en masse et à donner de la voix. Les réseaux sociaux bolsonaristes ont battu le rappel des troupes. Des centaines d’autocars de sympathisants de Bolsonaro doivent converger vers São Paulo. Le matin, une brève cérémonie est prévue à 9H00 (14H00 en Suisse), quand le drapeau brésilien sera hissé au Palais d’Alvorada, la résidence du chef de l’État.

Il devrait ensuite se rendre auprès des manifestants réunis sur l’emblématique Esplanade des ministères de Brasilia. Au bout de cette esplanade, la Place des trois pouvoirs, où se trouvent le Parlement et la Cour suprême, sera totalement bouclée, pour empêcher des actes de vandalisme inspirés de l’invasion du Capitole aux États-Unis, en janvier dernier.

Mais c’est l’après-midi à São Paulo, plus grande métropole du Brésil, que Jair Bolsonaro espère réunir le plus grand nombre de sympathisants: il a annoncé compter sur «deux millions de personnes» sur l’Avenue Paulista, où il devrait prononcer son discours le plus enflammé. Le principal cortège anti-Bolsonaro doit partir à trois kilomètres de là, au Vale do Anhangabau, en centre-ville.

Policiers manifestants

Vendredi dernier, le président d’extrême droite n’a pas hésité à dire que cette journée de mobilisation constituerait un «ultimatum» pour la Cour suprême. Samedi, il est allé encore plus loin, évoquant la possibilité d’une «rupture» institutionnelle.

Lundi, plus de 150 intellectuels et personnalités politiques de 26 pays, dont l’ex-premier ministre espagnol José Luis Zapatero, le philosophe américain Noam Chomsky ou Jean-Luc Mélenchon, leader de la France insoumise, ont dénoncé dans une lettre ouverte une «menace imminente sur la démocratie brésilienne». Au Brésil, les spécialistes en sécurité craignent notamment la présence de policiers militaires armés lors des manifestations.

D’après un sondage publié dimanche par le quotidien «O Globo», 30% de ces policiers ont l’intention de descendre dans la rue mardi, même si le règlement leur interdit de prendre part à des manifestations politiques, y compris lors de leurs jours de congés.

Mal en point dans les sondages

La semaine dernière, Jair Bolsonaro a vivement critiqué les juges et les gouverneurs d’États qui envisagent de punir les policiers présents pour le soutenir lors des cortèges du 7-Septembre. «C’est un crime (d’interdire les manifestations de policiers), digne d’une dictature. Ils veulent que le mouvement soit moins important, alors qu’un policier en civil, en congé peut justement aider à mener à bien la sécurité de l’événement», a-t-il lancé.

Mal en point dans les sondages, où il est largement distancé par l’ex-président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva dans les intentions de vote pour l’élection de 2022, l’ex-capitaine de l’armée joue son va-tout mardi. «Il sait que le succès des manifestations pourrait lui donner du répit», estime Geraldo Monteiro, politologue à l’Université de l’État de Rio.

Jair Bolsonaro est par ailleurs visé par plusieurs enquêtes de la Cour suprême, notamment pour dissémination de fausses informations. Au Sénat, une Commission d’enquête passe au crible depuis plusieurs mois sa gestion de la pandémie, jugée chaotique par les spécialistes, dans un pays où plus de 580’000 personnes sont mortes de Covid-19.

Jair Bolsonaro a pris lundi un décret qui modifie les règles de la modération de contenu sur les réseaux sociaux et pourrait, d’après les critiques, entraver le combat contre la désinformation. Le décret, à effet immédiat mais qui doit être entériné par le Congrès pour qu’il ait force de loi, vise à combattre «la suppression arbitraire et injustifiée de comptes, profils et contenus par les fournisseurs», explique le secrétariat à la Communication du gouvernement.

La nouvelle disposition établit une série d’hypothèses pour lesquelles il y aurait un «juste motif» pour supprimer des contenus ou suspendre des utilisateurs (par exemple la commission de délits, de violences) et impose de nouveaux protocoles aux plateformes pour appliquer ces suspensions. «Cette mesure provisoire limite de manière significative la capacité de restreindre les abus sur nos plateformes», a réagi un porte-parole de Facebook dans un email envoyé à l’AFP. Le réseau social «est en ligne avec l’expression de plusieurs spécialistes et juristes, qui affirment que la proposition viole les droits et les garanties constitutionnels».

(AFP)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

Snapchat lance un filtre pour apprendre la langue des signes

Snapchat innove en proposant à ses utilisateurs...

Plus d'articles comme celui-ci