la modélisation, un outil à la fois crucial et limité d’aide à la décision

A lire absolument

DÉCRYPTAGE – Les modélisateurs doivent prendre en compte de trop nombreux paramètres imprévisibles et restent humbles devant la complexité des phénomènes qu’ils cherchent surtout à mieux comprendre.

Le 29 octobre 2020, Emmanuel Macron annonce un second confinement et lance alors ce chiffre: «Quoi que nous fassions, près de 9000 patients seront en réanimation à la mi-novembre.» La barre des 5000 ne sera jamais franchie. L’équipe de modélisation de l’Institut Pasteur à l’origine de cette estimation se serait-elle trompée? Ce n’est pas si simple. Ce que prévoyaient alors leurs modèles (réalisés au 26 octobre), c’est que le nombre de personnes en soins critiques pourrait être compris trois semaines plus tard entre 5000 et 13.000 suivant cinq scénarios de diffusion du virus. C’est le scénario le plus conservateur (aucun paramètre ne change, la dynamique en cours se poursuit) qui aboutissait au chiffre de 9000 environ. Autant dire que nous étions loin du «quoi que nous fassions» énoncé par le président: les modélisateurs montraient déjà clairement qu’en ralentissant la propagation du virus, l’impact sur les hôpitaux pourrait être très fortement réduit.

Évidemment, la prise de parole du chef

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 84% à découvrir.

Repousser les limites de la science, c’est aussi ça la liberté.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

Migrants – La Pologne prolonge l’interdiction d’accès à la frontière

Publié1 décembre 2021, 01:09L’accès à la zone frontalière reste interdit pendant trois mois à toute personne non-résidente, y compris...

Plus d'articles comme celui-ci