Covid-19, ce qu’il faut savoir cette semaine: une rentrée «presque normale»?

A lire absolument

Les Français reprennent le chemin de l’école et du bureau pour une deuxième rentrée sous Covid. Si le retour à la vie normale se laisse entrevoir, la vaccination doit encore progresser.

Bonjour,

C’est aujourd’hui la rentrée des écoliers, la seconde depuis le début de l’épidémie. Les professeurs, vaccinés, sont plus sereins mais selon les épidémiologistes, la réouverture des établissements scolaires pourrait favoriser la circulation du virus. Les adultes aussi ont repris, parfois la boule au ventre, le chemin du bureau. Fin du télétravail obligatoire, retour des réunions «en vrai». «T’es vacciné, toi?», la question ne manquera pas d’échauffer l’ambiance autour de la machine à café. Pour près de deux millions de salariés accueillant du public, la question ne devra plus se poser car le passe sanitaire est devenu obligatoire. Selon le gouvernement, nous prenons le chemin d’un retour à la vie normale. Les scientifiques se veulent plus prudents. Dix millions de Français sont encore à vacciner.

Bonne lecture,

Camille Lestienne, journaliste au Figaro

1. Rentrée sous surveillance

Après la rentrée des professeurs hier, les enfants reprennent aujourd’hui le chemin de l’école. Le Figaro

Rentrée scolaire sous Covid, épisode 2. Selon les scientifiques interrogés par Le Figaro, il ne fait aucun doute que la réouverture des écoles aura un impact sur la circulation du virus. «Les enfants ne sont pas vaccinés et les adolescents ne le sont qu’à 60 %. Ils vont donc contribuer à une circulation plus vive du virus en contaminant les aînés», commente ainsi Vittoria Colizza, directrice de recherches à l’Inserm. Il faut donc poursuivre les efforts sur la vaccination. Jean-Michel Blanquer, lui, promet le déploiement de 600.000 tests salivaires par semaine dans les écoles primaires. Du côté des professeurs dont 78% sont complètement vaccinés, l’ambiance est plus sereine que l’an dernier. «Nous reprenons les cours en nous disant que le variant Delta est inquiétant, mais nous espérons que les contaminations entre adultes seront moins importantes», souligne une représentante du SNUipp. Le protocole sanitaire mis en place par le gouvernement en revanche suscite les critiques. L’éviction pendant sept jours des élèves non vaccinés s’ils sont cas contacts est-elle même légale, s’interroge-t-on? «Ce qui est inédit, et à mon avis illégal, indique l’avocate Valérie Piau, c’est le fait d’évincer des élèves non vaccinés, alors même que le vaccin contre le Covid n’est pas obligatoire.» Et quid du «droit de l’enfant à l’éducation»? L’avocate s’attend à une multiplication des contentieux. Ce droit à l’éducation a longtemps été sacrifié au Mexique sur l’autel du Covid. Après 18 mois de fermeture, les établissements scolaires rouvrent leurs portes. Pourront-ils faire revenir dans leurs murs les 5,2 millions d’enfants et adolescents qui, selon une étude, auraient abandonné l’école?

Métro, boulot. Le cartable sous le bras plutôt que sur le dos, de nombreux salariés ont repris cette semaine le chemin du bureau. La ministre du Travail Élisabeth Borne a sifflé la fin du télétravail obligatoire laissant à chaque entreprise le soin de définir ses propres règles en la matière. L’État cependant donne l’exemple et introduit au sein de la Fonction publique la possibilité de télétravailler jusqu’à trois jours par semaine. Avec cet accord-cadre, la ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, Amélie de Montchalin entend prouver que la fonction publique n’est pas forcément «figée, suiviste, ou en retard». Nombre de travailleurs pourtant redoutent le retour au bureau alors que la crise du Covid n’est pas encore terminée. Car les retrouvailles risquent d’être gâchées par les regards suspicieux sur celui qui ne porte pas son masque, sur tel autre non vacciné. De quoi transformer le travail à la maison en refuge pour beaucoup. Quant à refaire des réunions «en vrai», ce n’est pas si simple après des mois de rendez-vous sur Teams ou Zoom qui avaient l’avantage de commencer à l’heure. Pour certains managers, il faudra relever le défi et donner un petit coup de jeune à la bonne vieille «réu» en quatre murs.

Passe sanitaire exigé à l’entrée. Lundi, le passe sanitaire est devenu obligatoire pour 1,8 million de salariés travaillant dans les secteurs des loisirs, de la culture, de la restauration, des transports longue distance ou du commerce. Un casse-tête pour des employeurs déjà confrontés à des difficultés de recrutement. «Si les entreprises doivent se priver d’une partie des salariés qui ne souhaitent pas se faire vacciner, cela devient insoluble», confie l’un d’entre eux. À charge pour eux de jongler entre télétravail, suspension, reclassement alors que le licenciement a été rendu impossible. Un passe sanitaire qui connaît des soubresauts dans les centres commerciaux pour les clients. Alors que les tribunaux administratifs avaient ces derniers jours suspendu les arrêtés dans les Yvelines, l’Essonne, les Hauts-de-Seine et le Haut-Rhin, le contrôle du passe sanitaire est maintenu à Paris. Le Conseil d’État devrait clarifier la situation dans les prochains jours. Le fameux sésame a toutefois permis à l’application Tous AntiCovid de rencontrer enfin le succès. Initialement boudée par les Français, l’application gouvernementale a été utilisée par 27,6 millions de personnes en juillet, ce qui en fait le huitième service numérique le plus populaire en France derrière Google, Facebook, YouTube, Amazon, WhatsApp, Instagram et Wikipédia.

2. Retour à la vie d’avant?

Taux d’incidence hebdomadaire par département du Covid-19 pour 100 000 personnes. Moyenne glissante sur 7 jours. Fig Data

La vie normale est dans toutes les bouches. Alors que la circulation du virus ralentit en France, Jean Castex affirmait mardi que la France était sur «le bon chemin» d’un retour à la «vie normale». Pour Alain Fischer, le Monsieur vaccin du gouvernement, nous n’en sommes «pas très loin». Attention cependant à ne pas parler trop vite, analyse Soline Roy du service Sciences du Figaro car «une épidémie est trop pleine d’inconnues». Avec la rentrée scolaire et le retour au bureau, l’automne qui favorise une vie à l’intérieur, l’évolution des variants (trois ont fait l’objet d’une alerte cette semaine), les précautions restent de mise. «La France est en train de juguler sa quatrième vague», reconnaît l’épidémiologiste Antoine Flahault mais «parler de la sortie de crise, c’est ambitieux…» Le variant Delta, en effet, double le risque d’hospitalisation, révèle une étude britannique. L’hôpital français peut-il alors résister, se demandent les chercheurs Samuel Alizon et Mircea Sofonea sur le site du Figaro. «Notre système hospitalier, de par sa taille, ses moyens et son épuisement, ne semble pas en mesure de faire face à une potentielle vague épidémique de grande ampleur sur un laps de temps réduit», affirment-ils tout en appelant les pouvoirs publics à privilégier «la prévention», plutôt que de payer le coût faramineux de «l’attentisme».

Les chiffres de l’épidémie

  • 2294 malades en soins critiques (+2 depuis la veille)
  • 11.119 patients hospitalisés (-1 depuis la veille)
  • 17.621 nouveaux cas détectés en 24 heures
  • 85 décès en 24 heures (114.577 morts depuis le début de l’épidémie)

Source : Santé publique France au 1er septembre

3. Moins de 10 millions de personnes à vacciner

Encore trop de personnes fragiles ne sont pas vaccinées. SARAH MEYSSONNIER / REUTERS

Compter à l’envers. «On est tombés le 29 août sous les 10 millions de personnes qui ne sont pas vaccinées», affirmait mardi le ministère de la Santé entamant ainsi le décompte des personnes à vacciner. Si près de 50 millions de Français ont reçu une première dose de vaccin, il reste encore aujourd’hui trop de personnes fragiles non vaccinées: 12% des plus de 75 ans, 15% des plus de 80 ans, 15 % des personnes à fort risque de complications. L’éloignement ou l’isolement sont le plus souvent invoqués. Une faille dans la stratégie vaccinale que le gouvernement n’a pas réussi à combler au contraire de pays comme l’Espagne ou l’Italie. «Seize kilomètres, c’est loin quand il n’y a pas de bus, et ça peut même sembler insurmontable quand on n’a pas ses habitudes dans le secteur», souligne le maire d’un village, qui s’est souvent entendu répondre «c’est pas chez moi» ou «je connais pas». Faut-il prendre exemple sur le Portugal, bon élève de la vaccination? 73% de la population y est totalement vaccinée, 97% des plus de 65 ans. Un score qui a permis au pays de juguler la progression du variant Delta et de desserrer aujourd’hui les restrictions. En Europe, 70% des adultes sont complètement vaccinés, s’est félicitée de son côté Ursula von der Leyen. Mais «nous devons aller plus loin! Davantage d’Européens doivent se faire vacciner», a-t-elle ajouté.

Les chiffres à retenir

  • 48,8 millions de personnes ont reçu une première dose (72,3% de la population).
  • 44,6 millions de Français ont un schéma vaccinal complet (66,1% de la population).

Source : Direction générale de la Santé au 1er septembre

La piste des traitements. Malgré l’avancée des vaccins, les laboratoires et biotechs ne désarment pas sur le front des traitements. Parmi les 318 traitements et vaccins en phases 2 ou 3 de développement clinique, «une petite dizaine de médicaments sont en ligne de mire, avec un espoir d’être commercialisés dans les mois qui viennent», décrypte Keren Lentschner du service économie. Anticorps monoclonaux ou antiviraux sont développés par Roche, MSD, AstraZeneca, Pfizer, GSK et pourraient être disponibles à la fin de l’année.

4. La citation

Israël, qui tient un peu le rôle de poisson pilote pour les autres pays (…) s’est cru un peu trop rapidement à l’abri d’une nouvelle vague.

Antoine Flahault, épidémiologiste

La situation en Israël n’en finit pas d’interroger. Que se passe-t-il dans ce pays, longtemps tête de pont de la vaccination dans le monde? Aujourd’hui le nombre de contaminations quotidiennes explose atteignant même mardi le record de 11.000 cas détectés. Du jamais vu depuis le début de l’épidémie. Il faut en premier lieu rappeler que la campagne vaccinale s’est essoufflée depuis son démarrage en fanfare. 63% seulement de la population est complètement vaccinée. Le variant Delta touche maintenant les non vaccinés mais également les nombreuses personnes ayant reçu leur deuxième dose il y a plus de six mois. Interrogé par Le Figaro, Antoine Flahault rappelle toutefois que «les dernières données israéliennes montrent que l’efficacité vaccinale contre le variant reste très élevée concernant les complications sévères du Covid-19. Une baisse de l’efficacité de la vaccination a pu jouer un rôle sur la transmission du variant Delta, mais pas sur les hospitalisations ni les décès».

5. Calendrier, passe et masques

Passe sanitaire. Depuis le 21 juillet, le passe sanitaire est exigé pour se rendre dans les lieux de culture et de loisirs accueillant plus de 50 personnes (cinéma, théâtre, concerts, festivals, etc.). De même pour les restaurants, les bars, à l’intérieur comme à l’extérieur, dans les trains, les cars et les avions, les maisons de retraite et établissements médicaux depuis le 9 août dernier . Les lieux de culte ne sont pas concernés. Les jeunes de 12 à 17 ans en sont exemptés jusqu’au 30 septembre. Pour rappel, le passe sanitaire n’est pas un certificat de vaccination. Pour qu’il soit valide, il faut être soit totalement vacciné depuis une semaine, soit présenter un test PCR ou antigénique négatif de moins de 72 heures ou une preuve de guérison (un test positif) de plus de 11 jours et de moins de 6 mois. Il se présente sous la forme d’un QR code stocké dans l’application TousAntiCovid ou sous format papier.

Le port du masque est toujours obligatoire dans les lieux clos et à l’extérieur lorsque la distanciation n’est pas possible (marchés, files d’attente, quais de gares, etc.). Certaines communes ont cet été réimposé le masque en extérieur dans certains lieux très fréquentés. Dans les lieux culturels où le passe sanitaire est exigé, il n’est pas obligatoire sauf décision contraire du gérant de l’établissement ou du préfet.

Un certificat pour voyager. Depuis le 1er juillet, les Européens peuvent voyager plus facilement au sein du continent grâce à des preuves certifiées de vaccination ou de tests négatifs rassemblées dans un document unique. En format numérique ou papier. Attention cependant, chaque pays peut continuer d’appliquer des règles spécifiques.

6. Les réflexes à conserver

Le virus se transmet par les gouttelettes et les aérosols. Les gestes barrières détaillés par le ministère de la Santé doivent être observés pour se protéger et protéger les autres:

  • Se laver les mains régulièrement ou utiliser du gel hydroalcoolique
  • Tousser ou éternuer dans le pli de son coude
  • Utiliser des mouchoirs à usage unique
  • Porter un masque dans les espaces publics quand la distance de deux mètres ne peut pas être respectée
  • Respecter une distance d’au moins deux mètres avec les autres
  • Limiter au maximum ses contacts sociaux (6 maximum)
  • Eviter de se toucher le visage
  • Aérer les pièces le plus souvent possible, au minimum quelques minutes toutes les heures
  • Saluer sans serrer la main et arrêter les embrassades

7. Que faire en cas de symptômes ?

La maladie se manifeste par plusieurs symptômes, le plus souvent la toux et la fièvre.

Le plus important est de se faire tester. Selon les recommandations du ministère de la Santé, vous devez, en cas de symptômes, rester à domicile et contacter votre médecin qui vous prescrira un test. En attendant le résultat, vous devez vous isoler, porter un masque et préparer la liste des personnes que vous auriez pu contaminer. Dans le cas où le test est positif, le projet de loi relatif à la gestion de la crise sanitaire actuellement en discussion à l’Assemblée nationale, prévoit un isolement de 10 jours obligatoire dans le lieu de son choix. Des contrôles seront «assurés par les forces de l’ordre sur une amplitude horaire spécifique, de 8h à 23h», a précisé mardi le ministre de la Santé devant la commission des Lois.

À la semaine prochaine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

Polémique – «La gastronomie française, c’est aussi des raclettes suisses»

Publié14 janvier 2022, 18:46Des politiciens de gauches se sont écharpés suite à une déclaration sur le vin, la viande...

Plus d'articles comme celui-ci