Comment choisir son vocabulaire pour faire le buzz ou récolter des dons

A lire absolument

PSYCHOLOGIE – Utiliser des mots courants ou puiser dans un lexique savant? Tout dépend de ce que vous attendez de votre lecteur…

Nous y prêtons rarement attention, et pourtant: la façon dont un texte est écrit détermine la façon dont nous le traitons, ce qui influence notre évaluation dudit texte et, finalement, nos prises de décision. Et le vocabulaire est l’un des points clefs: les mots employés font partie de ces indices dont raffolent nos heuristiques, ces raccourcis mentaux qui nous aident à prendre des décisions dans un contexte où nous devons opérer un choix alors que nous manquons d’informations.

Alors, comment s’adresser à ses interlocuteurs? Faut-il user de mots simples et directs, ou d’un vocabulaire châtié et complexe? Le bon sens pourrait nous faire croire que tout dépend du public auquel on s’adresse: aux masses, des mots simples, aux élites un lexique choisi. Une autre hypothèse est celle du «plus c’est simple, mieux c’est»: un texte utilisant un vocabulaire courant aurait davantage de chances d’engendrer de l’engagement dans une tâche (prise de décision, dons, répondre à un questionnaire, etc.): l’information

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 76% à découvrir.

Repousser les limites de la science, c’est aussi ça la liberté.

Continuez à lire votre article pour 1€ pendant 2 mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

La francophonie, en première ligne contre le paludisme

Awa Marie Coll Seck, médecin et ministre d’État auprès du président de la République du Sénégal, appelle les pays francophones à s’engager contre cette indisposition via le Fonds astral.

Plus d'articles comme celui-ci