un retour en patron pour Riner, à six mois des JO

A lire absolument

De retour à la compétition 11 mois après sa défaite inattendue au tournoi de Paris (après neuf ans sans revers), Teddy Riner a décroché l’or au Masters de Doha. A six mois des Jeux olympiques de Tokyo, tout semble en place pour une montée en puissance.

Teddy Riner a rappelé à tout le monde qui est le patron de la catégorie reine de judo. De retour sur les tatamis ce mercredi, onze mois après sa première défaite en neuf ans (au tournoi de Paris), le Français a décroché la médaille d’or au Masters de Doha. 

Un Riner en forme

Très affuté – avec 26 kilos en moins – le double champion olympique a maîtrisé son sujet. Même si c’est sur pénalité qu’il s’est imposé en finale face au Russe Inal Tasoev, numéro 3 mondial. Très encourageant à six mois des Jeux olympiques de Tokyo, s’ils sont bien maintenus dans ce contexte incertain de crise sanitaire due à la pandémie de coronavirus. 

En février, Teddy Riner s’était incliné pour la première fois depuis septembre 2010, battu par le Japonais Kokoro Kageura au troisième tour du Tournoi de Paris. La fin d’une série folle de 154 victoires d’affilée. 

Riner, qui s’est fait très rare sur les tatamis depuis son deuxième sacre olympique à Rio en 2016, n’abordait ainsi le premier rendez-vous de 2021 qu’au 27e rang mondial. Entre Paris et Doha, et au retour du confinement, le sociétaire du PSG s’était également incliné de manière beaucoup plus inattendue au niveau national, aux Championnats de France par équipe en octobre à Brest, face à Joseph Terhec.

Aiguillonné notamment par ses deux défaites coup sur coup, si inhabituelles, Riner s’est sérieusement repris en main ces derniers mois, en particulier sur son alimentation, au point de monter sur les tapis du Masters à son poids le plus bas depuis 2012, avec 141 kilos.

Dicko et Malonga se distinguent

La superstar du judo n’est cependant pas le seul à s’être distingué dans l’imposant complexe sportif de Lusail mercredi. La jeune Romane Dicko (+78 kg), déjà double championne d’Europe à 21 ans, s’est elle offert la victoire la plus prestigieuse de sa carrière précoce, et avec la manière: quatre ippons contre quatre top 10. Madeleine Malonga, déjà championne du monde et d’Europe en titre, a elle confirmé qu’elle était la patronne en -78 kg en s’imposant également.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

profiter gratuitement de Canal+ Séries

Free offre Canal+ Séries pendant un an...

Plus d'articles comme celui-ci