Singapour – Condamné à six semaines de prison ferme pour refus de porter le masque

A lire absolument

Publié19 août 2021, 12:35

Le Britannique Benjamin Glynn, arrêté en mai, avait agressé les policiers venus l’arrêter dans le métro où il violait les restrictions sanitaires. Il sera expulsé, ont annoncé jeudi les autorités.

Le Britannique Benjamin Glynn, photographié ici ce jeudi lors de son arrivée au tribunal de Singapour, a été condamné par la Cour à une peine de prison pour son refus de se plier aux restrictions sanitaires.

AFP PHOTO/THE STRAITS TIMES/GAVIN FOO

Un Britannique a été condamné à six semaines de prison à Singapour pour ne pas avoir porté de masque et avoir agressé des policiers, ont indiqué les autorités du pays d’Asie du Sud-Est jeudi.

Benjamin Glynn, qui avait été arrêté après la diffusion en mai d’une vidéo devenue virale le montrant sans masque dans le métro singapourien, a été condamné mercredi à une peine de prison ferme.

«La sentence totale pour l’affaire de Glynn Benjamin (…) est de six semaines d’emprisonnement prenant effet à partir du 19 juillet», a confirmé un représentant de la justice singapourienne jeudi.

Le pays d’Asie du Sud-Est, relativement épargné par l’épidémie de coronavirus, a adopté des sanctions sévères contre tous ceux qui violent les règles sanitaires et plusieurs étrangers en ont déjà fait les frais.

Le Britannique, âgé de 40 ans, a agressé les policiers venus l’arrêter et a encore refusé de porter un masque au cours d’une audience devant un tribunal le mois dernier.

Diatribe devant la Cour

Benjamin Glynn s’est lancé dans une diatribe devant la Cour, dénonçant un procès «ridicule» et «révoltant» et arguant que les masques ne permettaient pas d’éviter la contamination par le Covid-19, selon des médias locaux.

Devant cette attitude, le juge a demandé une expertise psychiatrique, mais le Britannique a été jugé apte à poursuivre son procès.

Il a été condamné pour avoir violé les règles sanitaires, pour son comportement avec la police et pour trouble à l’ordre public. Mais comme il avait déjà dépassé les deux-tiers de sa peine en prison pendant sa détention préventive, il a été remis en liberté et devrait être expulsé, selon le journal local «Straits Times».

À Singapour, les prisonniers peuvent être libérés pour bonne conduite après avoir purgé les deux tiers de leur peine.

L’homme était employé par la filiale locale d’un groupe de recrutement britannique depuis 2017, selon les médias.

En mai, neuf Britanniques ont perdu leur permis de travail à Singapour pour avoir ignoré les règles sanitaires au cours d’une fête sur un yacht pendant les fêtes de Noël. Au mois de juin, quatre Britanniques ont aussi été bannis de l’île après avoir fait une tournée des pubs malgré les restrictions.

(AFP)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

Crise ukrainienne – Moscou qualifie de «provocations» les accusations américaines

Publié12 février 2022, 14:04Lors d’un entretien téléphonique, avec son homologue américain Antony Blinken, le ministre russe des Affaires étrangères,...

Plus d'articles comme celui-ci