un débat pour les parents, pas pour les pédiatres

A lire absolument

DÉCRYPTAGE – La vaccination des 12-17 ans est un sujet de préoccupation pour les familles.

Pourquoi vacciner des adolescents si l’immense majorité ne développe pas de formes graves du Covid-19? A-t-on assez de recul sur les effets à long terme de ces nouveaux vaccins à ARN, qui plus est chez des jeunes en pleine croissance? Ces questions animent encore bon nombre de repas familiaux.

En France, la vaccination avec le produit Pfizer est ouverte aux 12-17 ans depuis le 15 juin, et 52 % d’entre eux ont déjà reçu leur première injection. En donnant son feu vert fin juillet à l’utilisation du vaccin Moderna (accessible chez les généralistes) pour cette population, la Haute Autorité de santé a rappelé que la priorité était d’«obtenir un niveau de couverture élevé dans l’ensemble des classes d’âge» afin de limiter les risques de transmission du virus. Mais cet objectif collectif n’est pas suffisant pour certains parents.

La balance bénéfice-risque

Pour les pédiatres, toutefois, l’heure n’est plus aux tergiversations. Dans un communiqué publié le 22 juillet dernier, le Conseil national professionnel de pédiatrie

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 81% à découvrir.

Repousser les limites de la science, c’est aussi ça la liberté.

Continuez à lire votre article pour 1€ pendant 2 mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

Royaume-Uni – Pénuries d’essence: médecins ou enseignants sont inquiets

Publié28 septembre 2021, 12:16Alors que le manque de carburant se fait toujours sentir au Royaume-Uni, certaines professions sont davantage...

Plus d'articles comme celui-ci