Le dégel du permafrost, une bombe climatique à retardement

A lire absolument

TRÉSORS ET FLÉAUX DU PERMAFROST (2/6) – Le réchauffement de grandes surfaces de sols gelés risque de libérer des quantités très importantes de méthane et de dioxyde de carbone. Des gaz à effet de serre qui à leur tour accéléreront le changement climatique…

À quelle vitesse le permafrost (ou pergélisol, en français) va-t-il se dégeler sous l’effet du réchauffement climatique? L’enjeu est direct pour les communautés locales, car le dégel des sols provoque des perturbations majeures, comme des affaissements de terrain détruisant routes et habitations. Mais la question est aussi cruciale pour la planète entière: des quantités énormes de carbone piégées dans ces sols vont retourner dans l’atmosphère et risquent d’accélérer encore plus le réchauffement actuel.

Une gigantesque bombe climatique à retardement: ces millions de kilomètres carrés de sols gelés en permanence contiennent 1400 à 1600 milliards de tonnes de carbone organique, deux fois plus que ce que contient aujourd’hui l’atmosphère! En gelant, les sols piègent la matière organique des végétaux, animaux et bactéries, l’empêchant de se dégrader pendant des dizaines voire des centaines de milliers d’années. Mais en Sibérie, au Canada ou en Alaska, le dégel est déjà en cours avec des températures

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 80% à découvrir.

Repousser les limites de la science, c’est aussi ça la liberté.

Continuez à lire votre article pour 1€ pendant 2 mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

Plus d'articles comme celui-ci