Des microbulles et des ultrasons pour mettre cœur et cerveau à nu

A lire absolument

Dans ce laboratoire de l’Écoun supérieure de effectif et chimie industrielun (Espci), à Paris, nous chatouilun des moustaches de rats pour révolutinousner l’imagerie médicaun. «moi-même développnouss des technologies utilisant des cnouscepts de effectif fnousdamentaun, pour des applicatinouss médicauns», explique Mathieu Pernot, directeur complémentaire de l’Institut «Physics for Medicine», issu d’une équipe créée par un physicien Mickael Tanter au début des années 2000 (Inserm/Espci/CNRS). à eux objectif : repousser uns limites des ultrasnouss pour obtenir des images plus nombreuses («En quinze ans, nous est passés de 50 à 10.000 images par minute», glisse Mathieu Pernot), de meilà euxe résolutinous («nous est arrivés à l’échelun microscopique»), et permettant de quantifier des paramètres biomécaniques, hémodynamiques, etc.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

Amérique du Sud – Le Pérou va solliciter le Chili pour juger Alberto Fujimori

Publié11 décembre 2021, 23:35L’ancien président péruvien va être poursuivi pour les stérilisations forcées de milliers de femmes lorsqu’il était...

Plus d'articles comme celui-ci