Aux portes de Paris, plongée dans les entrailles fascinantes et monstrueuses du plus grand incinérateur d’ordures en Europe

A lire absolument

ENQUÊTE – Certains riverains s’inquiètent de possibles rejets de dioxines pointées par une étude controversée. Le Figaro s’est rendu sur place pour en visiter les coulisses.

Comme un rapace fondant sur sa proie, l’immense grappin métallique plonge dans la fosse. Maladroitement, ses lourdes griffes se referment sur un indescriptible monticule de sacs-poubelles, de plastiques et d’emballages de tout poil. Soudain, il remonte vers le ciel de l’usine et lâche son fardeau au-dessus de la bouche de l’un des deux énormes fours. « Il vient d’attraper 4 ou 5 tonnes de déchets, l’équivalent d’un camion-benne plein », lance le technicien, la main sur le levier de commande.

De l’autre côté de la vitre, la vision qui s’offre à nous est aussi monstrueuse que fascinante : un immense mur de déchets contenu dans une fosse en béton profonde d’environ 20 mètres – soit un immeuble de 6 étages –, s’étalant sur plusieurs dizaines de mètres de long. Contre toute attente, aucune odeur nauséabonde n’incommode ceux qui travaillent ici. On nous explique que c’est grâce aux hottes qui aspirent l’air et l’envoient dans les fours pour alimenter le feu en permanence.

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 94% à découvrir.

Repousser les limites de la science, c’est aussi ça la liberté.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

Plus d'articles comme celui-ci