Entre obligation et pédagogie, comment convaincre les indécis de se faire vacciner?

A lire absolument

DÉCRYPTAGE – Selon une étude menée fin mai par le Cevipof, 13% des sondés hésitaient encore à se faire vacciner et 20% se disaient vaccinosceptiques.

La dernière étape du confinement démarre dans une ambiance bien moins détendue qu’espéré. La faute au variant Delta qui inquiète de plus en plus et vient de mettre à l’arrêt la décrue épidémique. «Depuis quelques jours, le taux d’incidence au niveau national semble ne plus diminuer», a déclaré le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, ce mercredi à l’issue du Conseil des ministres.

Seul rempart contre une quatrième vague qui pourrait s’abattre sur la France avant même la rentrée: les vaccins. Nous disposons de produits qui restent très efficaces contre le variant Delta, encore faut-il convaincre les récalcitrants d’aller recevoir leurs injections. Si le nombre de doses quotidiennes administrées reste stable (au-dessus de 550.000 en moyenne), les deux tiers sont des deuxièmes doses. Le nombre de primo-injectés dégringole depuis mi-mai: il est passé de 400.000 à moins de 200.000. Selon une étude menée fin mai par le centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), 13 % des sondés

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 81% à découvrir.

Repousser les limites de la science, c’est aussi ça la liberté.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

vacciner les adolescents pour éviter les fermetures de classe

DÉCRYPTAGE - Les élèves pourront être accompagnés dans des centres ou vaccinés sur place. ...

Plus d'articles comme celui-ci