Covid-19, ce qu’il faut savoir cette semaine : pas de panique

A lire absolument

Malgré la hausse des contaminations, l’impact sur l’hôpital reste maîtrisé. Les Français positifs au Covid pourront voter.

Bonjour,

C’est indéniable, les cas de Covid continuent d’augmenter mais faut-il s’inquiéter pour autant? Jusqu’ici, les indicateurs hospitaliers sont loin de s’affoler même si le doute persiste sur les mois à venir où un nouveau variant pourrait toujours jouer les trouble-fêtes. En attendant, les Français savourent la vie sans masque et les personnes positives au Covid le 10 ou le 24 avril prochain sont assurées d’avoir la possibilité de voter. Loin d’ici, à Shanghaï, l’ambiance est bien plus électrique dans une ville qui a dû se résoudre au confinement. Quant aux laboratoires Moderna et BioNTech, grands vainqueurs de la crise sanitaire, ils préparent l’après Covid.

Bonne lecture,

Camille Lestienne, journaliste au Figaro.

1. Hausse des cas mais pas d’entrave au droit de vote

Les personnes positives au Covid pourront se rendre dans les bureaux de vote les 10 et 24 avril prochain, a précisé Gabriel Attal en sortie du Conseil des ministres. LUDOVIC MARIN / AFP

Où en est l’épidémie? Avec près de 130.000 nouveaux cas quotidiens en moyenne sur sept jours, le Covid est «loin d’être de l’histoire ancienne», nous rappelle le service Sciences du Figaro. «De manière factuelle, l’épidémie reprend, portée par un relâchement des mesures barrières», mais aussi par un sous-variant BA.2 d’Omicron encore plus contagieux, note l’épidémiologiste Mircea Sofonea. Une recrudescence de cas particulièrement visible dans les écoles où les bancs sont de plus en plus clairsemés. À l’hôpital en revanche, pas de panique: la hausse des admissions est maîtrisée et devrait être contenue. Le doute persiste toutefois quant aux prochains mois où l’émergence d’un nouveau variant est toujours possible.

Les chiffres à retenir en France

  • 1546 malades en soins critiques (+8 depuis la veille)
  • 21.688 patients hospitalisés (+388 depuis la veille)
  • 169.024 nouveaux cas détectés (contre 145.560 il y a une semaine)
  • 132 décès en 24 heures à l’hôpital (142.134 morts depuis le début de l’épidémie à l’hôpital et en Ehpad)

Source : Santé publique France au 30 mars

Voter quand même. Malgré le rebond de l’épidémie, les Français ont rapidement renoué avec la vie d’avant, remisant facilement masque et gel hydroalcoolique. «Ça fait tellement de bien de voir les visages !», se réjouit un jeune homme auprès du Figaro. D’autres sont plus nuancés: «Dans les bars par exemple, je pense directement aux contaminations possibles. Ça revient toujours dans un coin de la tête», confie une institutrice par ailleurs heureuse de redécouvrir les frimousses de ses élèves. Et pour l’élection présidentielle le 10 et 24 avril prochain, quelles seront les règles? Le masque sera fortement recommandé pour les Français positifs mais ils pourront se rendre dans leur bureau de vote. «Il ne peut y avoir d’entrave» au droit de vote, a souligné Gabriel Attal mercredi. Le protocole sanitaire prévoit toutefois une aération régulière des locaux et le nettoyage fréquent du matériel. Des masques chirurgicaux seront fournis aux assesseurs, ainsi que des masques FFP2 pour les personnes fragiles.

2. Confinement alterné à Shanghaï

Des barricades sont érigées dans Shanghai confiné. ALY SONG / REUTERS

La Chine, toujours en proie à une hausse spectaculaire des cas de Covid dus à Omicron, tente le confinement alterné. C’est le choix de la ville de Shanghaï, vitrine économique du pays et qui avait pourtant juré de ne pas confiner. L’ambiance n’y est pas moins électrique, rapporte le correspondant du Figaro, Sébastien Falletti, entre bagarre sur les marchés au moment de faire les provisions et lassitude des expatriés. Depuis lundi, les habitants du quartier est sont confinés et testés en masse, ce sera au tour de ceux du quartier ouest à partir de vendredi et pour cinq jours. Les autorités locales sont sous pression, alors que le président Xi Jinping a réaffirmé le 17 mars la politique du zéro Covid, à rebours du reste de la planète.

3. La citation

Le virus est moins sévère et les plus fragiles sont vaccinés : il est donc temps maintenant de revenir à la raison et de sortir de l’hystérie collective.

Gérald Kierzek , médecin urgentiste et chroniqueur santé.

«Il n’y a aucune preuve de causalité entre relâchement des mesures et hausse des cas. Corrélation temporelle ne veut pas dire relation de cause à effet», affirme au Figaro Vox, Gérald Kierzek , médecin, chroniqueur santé et directeur médical de Doctissimo. L’urgentiste, classé depuis la pandémie dans le clan des «rassuristes», préconise un changement de paradigme et une réforme d’ampleur du système de soins. Il est «urgent», assène-t-il «de considérer que la circulation du virus en population générale ne pose pas de problèmes à condition de cibler les mesures de protection des plus âgés et/ou fragiles». Pour lui, le prochain président aura la lourde tâche de «s’attaquer aux racines du mal, à savoir l’échec de la politique de prévention en France (mieux vieillir, en meilleure santé et avec une alimentation renforçant le système immunitaire) et la paupérisation de notre système de santé, hospitalier en particulier».

4. Des doses de vaccins gâchées

Des doses de vaccin d’AstraZeneca périmées ont dû être jetées. AJENG DINAR ULFIANA / REUTERS

La Direction générale de la Santé (DGS) a confirmé que 218.000 doses de vaccins d’AstraZeneca ont été jetées depuis le début de la campagne vaccinale en France en raison d’une date de péremption dépassée. Le sérum suédo-britannique n’est plus du tout livré en France mais des doses ont été également incinérées dans les pays bénéficiant du système Covax. Au niveau mondial, 168 millions de doses de Pfizer auraient été également jetées affirme Le Monde dans une enquête. Quant aux biotechs Moderna et BioNTech, elles sont sans aucun doute les grands vainqueurs de la crise sanitaire. L’heure est venue pour elles de préparer la suite, en mettant au point un ou plusieurs produits qui pourront prendre le relais du vaccin Covid dans les prochaines années.

Les chiffres de la vaccination en France

  • 54,3 millions de personnes ont reçu une première dose (80,5% de la population).
  • 53,3 millions de Français ont un schéma vaccinal complet (79,1% de la population).
  • 39,5 millions de doses de rappel administrées.

Source : Ministère de la Santé au 30 mars

5. Masque et passe

Depuis le 14 mars, les restrictions sanitaires liées à l’épidémie sont pour la plupart abandonnées. Cependant, masque et passe sont encore requis dans certains lieux:

Le masque reste exigé dans les transports collectifs de voyageurs et les établissements de santé. Le port du masque reste recommandé pour les personnes positives et cas contacts à risque, les personnes symptomatiques et les professionnels de santé.

Le passe sanitaire (vaccin, test négatif, certificat de rétablissement) est toujours demandé à l’entrée des hôpitaux, des maisons de retraite et des établissements pour personnes handicapées.

6. Les réflexes à conserver

Le virus se transmet par les gouttelettes et les aérosols. Les gestes barrières détaillés par le ministère de la Santé doivent être observés pour se protéger et protéger les autres:

  • Se laver les mains régulièrement ou utiliser du gel hydroalcoolique
  • Tousser ou éternuer dans le pli de son coude
  • Utiliser des mouchoirs à usage unique
  • Eviter de se toucher le visage
  • Aérer les pièces le plus souvent possible, au minimum quelques minutes toutes les heures
  • Saluer sans serrer la main et arrêter les embrassades

7. Que faire en cas de symptômes ?

La maladie se manifeste le plus souvent par la toux, la fièvre ou la sensation de fièvre, la perte de l’odorat et du goût, la fatigue. Si après quelques jours, vous avez du mal à respirer ou êtes essoufflé, il faut contacter le 15. Les symptômes seraient plus légers avec le variant Omicron, s’apparentant à ceux d’un rhume: maux de gorge, maux de tête, écoulement nasal.

En cas de signes de la maladie, le plus important est de se faire tester. Le test, PCR ou antigénique, reste gratuit pour les non vaccinés sur prescription médicale ou après avoir été identifié comme cas contact par l’Assurance maladie. En cas de résultat positif sur un autotest, un test PCR de confirmation est recommandé. En attendant le résultat, vous devez vous isoler et porter un masque. Dans le cas où le test est positif, l’isolement doit durer 7 jours à compter des premiers symptômes pour les personnes vaccinées, 10 jours pour les personnes non vaccinées. Il peut être rompu à respectivement J+5 ou J+7, si on dispose d’un test négatif et que l’on n’a pas de symptômes depuis 48 heures. Bon à savoir, depuis le 21 mars 2022, les cas contact n’ont plus besoin de s’isoler, vaccinés ou non.

À la semaine prochaine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

Téléphonie mobile : Doro 8100, le téléphone senior événement génération

Dès la première mise en marche, un questionnaire vous accompagne pour configurer le smartphone en fonction de vos préférences....

Plus d'articles comme celui-ci