Dépister les cancers à bon escient, un enjeu de santé publique

A lire absolument

TRIBUNE – Oncologue radiothérapeute à l’hôpital européen Georges Pompidou, le Pr Jean-Emmanuel Bibault explique pourquoi tous les types de cancers ne sont pas dépistés.

Le stade auquel un cancer est diagnostiqué conditionne les chances de succès du traitement: détecter une tumeur lorsqu’elle est encore localisée, sans métastase, permet de réaliser des traitements moins lourds, avec moins d’effets secondaires mais aussi plus de chances de guérison. Il s’agit donc de dépister cette maladie avant qu’elle ne se manifeste par des symptômes. C’est dans cette optique que des programmes nationaux de dépistage ont été développés en France. Pour autant, on ne dépiste pas tous les types de cancer. Pourquoi les autorités ont-elles fait le choix de dépister tel cancer plutôt que tel autre?

Pour pouvoir proposer un dépistage, un certain nombre de critères doivent être réunis: il faut tout d’abord que le cancer soit relativement fréquent, à l’origine d’une mortalité importante, et qu’il soit détectable à un stade précoce. Il faut de plus que l’examen de dépistage occasionne peu de faux positifs (le test est positif à une maladie alors qu’il n’y en a pas) et peu de faux…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 78% à découvrir.

Repousser les limites de la science, c’est aussi ça la liberté.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

Royaume-Uni – Avec la guerre en Ukraine, Boris Johnson retrouve son aplomb

Publié25 février 2022, 18:49Alors qu’il se trouvait sur la sellette avec le «partygate», le Premier ministre britannique redore son...

Plus d'articles comme celui-ci