L’impact psychologique de la météo

A lire absolument

DÉCRYPTAGE – Souvent banalisée, la dépression saisonnière n’a rien d’anodin.

Il y a ceux qui, tel le personnage de Woody Allen dans Annie Hall, préfèrent la pluie de New York au soleil californien. Et puis il y a tous les autres, une majorité de Français, qui comptent les jours quand le ciel est bas et sentent leur moral baisser lorsque la grisaille s’installe. Mais la météo maussade qui a marqué le printemps et ce début d’été peut-elle aller jusqu’à déclencher des dépressions saisonnières?

«Il y a un impact réel des conditions sur l’humeur, certains patients rapportent des symptômes, mais nous n’avons pas noté de rechutes dépressives au sens clinique du terme», rassure la Dr Hélène Richard-Lepouriel, responsable de l’unité des troubles de l’humeur des hôpitaux universitaires de Genève. Le Pr Michel Lejoyeux, psychiatre, se veut aussi rassurant: «Il est normal d’être triste, déçu ou morose face à une météo qui nous empêche de faire ce que l’on avait prévu, mais ce n’est pas pathologique. Tant que vous râlez contre la météo c’est plutôt bon signe! Et le meilleur moyen

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 71% à découvrir.

Repousser les limites de la science, c’est aussi ça la liberté.

Continuez à lire votre article pour 1€ pendant 2 mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

Polynésie française – Plus grand système au monde de climatisation à eau profonde

Publié6 novembre 2021, 15:54Un centre hospitalier de Polynésie française n’utilisera plus d’énergies fossiles pour climatiser son hôpital. Un tuyau...

Plus d'articles comme celui-ci