où en est la France par rapport à ses voisins européens ?

A lire absolument

FOCUS – Alors que la France lève ce mercredi une partie de ses restrictions, certains pays européens ont déjà pris de l’avance. Le Figaro fait le point.

Serait-ce enfin le bout du tunnel ? Conformément au calendrier annoncé par le gouvernement le 20 janvier dernier, la France a levé certaines de ses restrictions. Dès mercredi 2 février, les jauges dans les établissements accueillant du public – salles de spectacles, stades… – sont levées, le télétravail n’est plus exigé en entreprise – même s’il reste recommandé – et le port du masque n’est plus obligatoire en extérieur.

Dans quelques jours, le 16 février, d’autres mesures seront également supprimées : les discothèques pourront de nouveau accueillir du public, après plus de deux mois de fermeture, les concerts et consommations «debout» dans les bars seront de nouveaux possibles et la consommation dans les stades, cinémas et transports sera autorisée. Mais où se situe la France par rapport à ses voisins dans son calendrier de levée des restrictions ? Certains semblent avoir déjà pris une certaine avance. Le Figaro fait le point.

Plus aucune restriction en Angleterre

Depuis le jeudi 27 janvier, l’Angleterre a laissé derrière elle la quasi-totalité des dernières restrictions en vigueur pour lutter contre le Covid-19. Après avoir mis un terme à la recommandation de travailler chez soi pour ceux qui le peuvent, l’Angleterre abandonne à présent les autres restrictions – parmi les plus légères en Europe – introduites en décembre face à la déferlante de cas Omicron : obligation du port du masque en intérieur dans les lieux publics et du passeport vaccinal pour les événements accueillant un public nombreux.

Opposé à la levée de l’obligation du port du masque dans les transports en commun, le maire de Londres Sadiq Khan a cependant annoncé maintenir cette mesure dans la capitale.

Le Danemark tente lui aussi le retour «à la vie d’avant»

En dépit de l’omniprésence d’Omicron, le Danemark a également décidé de laisser derrière lui les restrictions et de tenter le pari du retour «à la vie d’avant» depuis le 1er février. Après une première tentative de deux mois entre septembre et novembre, masques, passe sanitaire et ouvertures réduites des bars et des restaurants sont redevenus de l’histoire ancienne dans le royaume nordique.

Les boîtes de nuit ont également rouvert mardi, et les jauges ont disparu. De très rares restrictions restent en vigueur à l’entrée dans le pays, seulement pour les voyageurs non vaccinés arrivant d’un pays en dehors de l’espace Schengen. Il reste encore «recommandé» de s’isoler pendant quatre jours en cas de test positif, selon l’Agence nationale de santé, mais les cas contacts ne sont plus contraints à aucune quarantaine. Le port du masque et le passe sanitaire restent également conseillés pour les visites à l’hôpital.

En Espagne, la Catalogne supprime le passe sanitaire

La région espagnole de Catalogne a décidé de mettre fin, à partir du vendredi 28 janvier, à l’obligation de présenter un passe sanitaire pour entrer dans les bars, restaurants et salles de sport, le jugeant peu efficace face à la grande contagiosité d’Omicron.

Si le nombre de cas reste toujours très élevé dans la région, les hôpitaux ne sont pas aussi saturés que les autorités pouvaient le craindre dans leurs scénarios les plus pessimistes. La région a donc levé la majeure partie de ses restrictions, mettant également fin aux jauges d’occupation dans les restaurants et supprimant la limite de dix personnes pour les réunions privées.

Globalement, l’Espagne entend prochainement «vivre avec le virus», en traitant le Covid-19 comme une maladie «endémique». Concrètement, le pays pourrait, dans un futur proche, elle aussi tirer un trait sur les mesures sanitaires. Mais elle n’a pas encore donné d’échéance.

Les Pays-Bas assouplissent des mesures particulièrement sévères

Depuis le 26 janvier, les Pays-Bas ont assoupli certaines de leurs restrictions, qui comptent parmi les plus contraignantes en Europe. L’exécutif a pris la décision de lever le «confinement», mis en place juste avant Noël. Les cafés, bars et restaurants ont pu rouvrir jusqu’à 22 heures (21 heures GMT), à capacité réduite. Les clients doivent présenter un passe sanitaire, et porter un masque lorsqu’ils ne sont pas assis.

Les cinémas, les théâtres et les musées ont également pu rouvrir leurs portes. Les boîtes de nuit restent fermées. Les événements sont de nouveau possibles, rassemblant au maximum 1250 personnes à l’intérieur. Les magasins et les coiffeurs avaient déjà été autorisés à rouvrir le 15 janvier, tandis que les bars, restaurants, musées et théâtres avaient dû rester fermés, suscitant la colère d’une partie de la population.

Pas de levée de restrictions en vue pour l’Allemagne

À rebours de bon nombre de ses voisins, l’Allemagne ne prévoit pas, à court terme, une quelconque levée des restrictions. Face au variant Omicron, elle a même restreint l’accès aux restaurants et cafés depuis la mi-janvier. Les clients des restaurants, cafés et bars doivent désormais, en plus d’un certificat de vaccination ou de guérison, présenter un test de dépistage négatif du jour. Mais les personnes ayant déjà reçu une troisième dose de sérum sont exemptées de test.

L’Allemagne est même allée plus loin, en mettant sur la table un controversé projet de vaccination obligatoire, défendu par le nouveau chancelier social-démocrate Olaf Scholz. Il a commencé à être débattu le 26 janvier au Bundestag.

L’Italie lève seulement certains restrictions pour les voyageurs de l’UE

Depuis le 1er février, l’Italie a allégé les restrictions anti-Covid pour les voyageurs en provenance des pays de l’Union européenne, exigeant une preuve de vaccination, de guérison récente ou de test négatif mais plus l’obligation de quarantaine. Le passe vaccinal sera suffisant, à partir du mois prochain, pour les voyageurs en provenance d’autres pays de l’UE.

Ce document, baptisé en Italie «passe sanitaire renforcé», s’obtient seulement avec un cycle vaccinal complet ou après guérison du Covid. Le gouvernement italien, confronté à un rebond des contagions dû au variant Omicron, avait décidé fin décembre de l’exiger à partir du 10 janvier dans les transports, les hôtels, les terrasses de restaurants, les foires et congrès ainsi que les piscines et salles de gym.

La Belgique et son «baromètre corona»

Depuis le 21 janvier, la Belgique s’est dotée d’un nouvel outil, baptisé «baromètre corona», qui permettra de faire évoluer les mesures anti-Covid pour la culture et les cafés-restaurants en fonction de la pression plus ou moins forte de la pandémie sur le système hospitalier.

Le «baromètre», auquel est associé un code couleurs, est entré en vigueur le 28 janvier. Sa couleur est pour l’heure au «rouge», avec un niveau élevé de restrictions car les admissions quotidiennes à l’hôpital sont actuellement supérieures à 150, en pleine vague du variant Omicron. À terme la diminution de cette charge hospitalière (en lits classiques et en unités de soins intensifs) pourrait mener à un assouplissement (couleur «orange»), voire à une levée totale des restrictions («jaune»).

Les autorités belges ont également annoncé un léger assouplissement des restrictions sanitaires et qu’un rappel vaccinal serait nécessaire pour les majeurs au bout de cinq mois pour accéder aux bars et aux cinémas. Le gouvernement belge a par ailleurs porté à minuit au lieu de 23 heures l’heure de la fermeture des bars et autorisé la réouverture de lieux fermés, tels que les bowlings.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

Sauvegarder des SMS et des iMessages sur iPhone

Pour ne pas perdre les précieux textos...

Plus d'articles comme celui-ci