face à l’afflux, la DGS recommande de prioriser l’accès aux tests de dépistage

A lire absolument

«Il convient que les personnes considérées comme devant prioritairement bénéficier d’un test diagnostic soient prises en charge rapidement», a indiqué la Direction Générale de la Santé vendredi.

Avec plus de huit millions de tests Covid effectués entre Noël et le jour de l’an, un nouveau record a été franchi. Pour désengorger les pharmacies prises d’assaut, la Direction générale de la santé (DGS) a recommandé vendredi soir de prioriser «l’accès aux tests», comme le rapporte BFMTV. «Il convient que les personnes considérées comme devant prioritairement bénéficier d’un test diagnostic soient prises en charge rapidement».

Les «cas symptomatiques», «cas contacts à risque», «personnes aux prescriptions médicales» et les «personnes ayant un autotest positif» devraient pouvoir être testées en priorité, selon la DGS, ainsi que les «personnes dont la réalisation d’un test est obligatoire dans le cadre de l’application des règles aux frontières» et «les personnes ayant besoin d’un test pour se rendre à l’étranger». «Les autres situations doivent être considérées comme non-prioritaires, notamment la réalisation de tests de ‘confort’ visant à obtenir une preuve dans le passe sanitaire», ajoute la DGS.

À VOIR AUSSI – Isolement: ce qui change à partir du 3 janvier pour les vaccinés et non-vaccinés

La DGS recommande d’orienter les personnes asymptomatiques vers des autotests. Elle a également fait évoluer les règles pour les Français testés positifs au Covid-19 : la confirmation d’un test antigénique positif par un test PCR n’est désormais plus une obligation. Qu’il soit positif ou négatif, un test antigénique suffit désormais pour décider s’il faut ou non s’isoler, sans qu’il soit besoin de faire dans la foulée un test PCR. En revanche, un autotest positif doit, lui, être confirmé, soit par un test antigénique, soit par un test PCR.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

La dépression post-partum, un tabou difficile à lever

PSYCHOLOGIE - Jusqu'à 15% des femmes pourraient être victimes de cet effondrement psychique qui accompagne l'arrivée d'un enfant. Une...

Plus d'articles comme celui-ci