Covid-19 – Rentrée scolaire sous tension en France, qui veut adopter un pass vaccinal

A lire absolument

Publié4 janvier 2022, 03:16

Entre risques de contaminations au Covid, fermetures de classes et possible explosion du nombre d’enseignants contaminés, la rentrée scolaire s’est déroulée ce lundi sous haute tension en France.

La France a dépassé à plusieurs reprises ces derniers jours la barre des 200’000 nouveaux cas quotidiens, malgré un taux de vaccination de quelque 90% de la population de plus de 12 ans.

AFP

Les élèves français ont repris lundi le chemin de l’école pour une rentrée marquée par les défis posés par le variant Omicron, entre risques de contaminations au Covid, fermetures de classes et potentielle explosion du nombre d’enseignants absents. Dans le même temps, les parlementaires ont entamé l’examen du projet de loi transformant le pass sanitaire en pass vaccinal dont l’adoption ne fait aucun doute, malgré l’hostilité de plusieurs partis.

Témoignant de l’âpreté des discussions, les débats ont été suspendus peu après minuit, contre le souhait du gouvernement, par un vote surprise d’une majorité de députés, compromettant ainsi le calendrier d’adoption définitive du texte. La France a dépassé à plusieurs reprises ces derniers jours la barre des 200’000 nouveaux cas quotidiens, malgré un taux de vaccination de quelque 90% de la population de plus de 12 ans.

Pour faire face à cette poussée liée au variant Omicron, le gouvernement veut encore accentuer la pression sur les près de cinq millions de Français non vaccinés: faute de pouvoir justifier d’un statut vaccinal, ils n’auront plus accès aux activités de loisirs, aux restaurants et bars, aux foires ou aux transports publics interrégionaux. Pour disposer d’un schéma vaccinal complet, il faudra, à partir du 15 février, effectuer sa dose de rappel quatre mois – et non plus sept – après sa deuxième dose. Une infection équivaut à une injection.

Dans l’opposition, le groupe socialiste dit voter «par principe» pour le pass vaccinal, comme la majorité des députés LR (droite), dont certains se sont toutefois félicités mardi soir du «camouflet» infligé selon eux au gouvernement. Les Insoumis (gauche radicale), qui dénoncent une «mesure brutalisante», les communistes et l’extrême droite de Marine Le Pen voteront contre.

Changements à l’école

Ces votes seront insuffisants pour faire capoter le texte. Mais les tensions autour de la future loi restent vives; plusieurs élus ont fait état de menaces à leur encontre s’ils votaient pour. Le texte prévoit un durcissement des sanctions. La détention d’un faux pass sera par exemple passible de cinq ans d’emprisonnement et 75’000 euros d’amende.

Du côté de l’école, il n’y a plus de fermeture de classe dès que l’on atteint trois cas de Covid. Mais le ministre de l’Éducation nationale a décidé le renforcement de la politique de «contact tracing»: les élèves seront soumis à trois tests en quatre jours s’il y a un positif dans la classe. Le retour à l’école se fera sur présentation d’un résultat négatif. Ces changements sont critiqués par les syndicats, qui dénoncent une rentrée «à haut risque».

Selon le conseil scientifique, «au moins» un tiers des professeurs pourraient être touchés par le virus d’ici fin janvier, soit en étant positifs, soit cas contact. Mais l’allègement des règles d’isolement, annoncées par le ministre, devrait éviter les absences en cascade. Près de 124’000 personnes sont mortes du Covid en France depuis le début de la pandémie il y a deux ans.

(AFP)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

Clavier PC : les valeurs sûres

Le clavier est l'un des deux périphériques...

Plus d'articles comme celui-ci