New York – Le variant Omicron s’invite dans le procès Maxwell

A lire absolument

Publié28 décembre 2021, 18:14

En raison du pic de contaminations aux États-Unis, les délibérations du jury chargé de statuer sur le sort de l’ex-rabatteuse de Jeffrey Epstein vont être prolongées ce mardi et ce mercredi.

Les jurés – six hommes et six femmes – délibèrent dans ce tribunal du sud de Manhattan sur le sort de Ghislaine Maxwell, mais la juge fédérale craint qu’ils ne finissent par être contaminés par le variant Omicron et envoyés en quarantaine.

AFP

Le jury au procès de l’ex-mondaine britannique Ghislaine Maxwell, jugée à New York pour trafic sexuel, a repris ses longues délibérations mardi, la juge fédérale s’alarmant de la menace de l’épidémie de Covid-19 sur les parties prenantes.

S’inquiétant d’un «pic astronomique» des cas de contaminations au variant Omicron ces derniers jours à New York, la juge Alison Nathan a justifié la prolongation des délibérations jusqu’à 18 h (minuit heure suisse) ce mardi et éventuellement mercredi soir.

«Nous sommes dorénavant confrontés à un risque de plus en plus élevé» que les jurés et les participants au procès contractent le Covid-19 et soient contraints à la quarantaine, a déclaré Alison Nathan à la reprise des délibérations.

Le procès au tribunal fédéral de Manhattan contre Ghislaine Maxwell a commencé le 29 novembre et les débats ont pris fin le 20 décembre. Depuis lors, et après une pause pour Noël, les six femmes et six hommes du jury populaire délibèrent plusieurs heures par jour dans le secret mais sans parvenir à se mettre d’accord sur un verdict.

Noël derrière les barreaux

Les jurés doivent décider de la culpabilité ou de l’innocence de l’ancienne compagne de l’influent financier américain Jeffrey Epstein accusé de crimes sexuels mais qui s’est suicidé en prison à l’été 2019, avant son procès. Ghislaine Maxwell, qui a eu 60 ans le jour de Noël, passe les fêtes de fin d’année dans une prison de New York où elle est incarcérée depuis l’été 2020, poursuivie entre autres pour avoir fourni à Jeffrey Epstein entre les années 1994 et 2004 des jeunes filles mineures exploitées sexuellement.

Le jury n’est pas censé délibérer jeudi et vendredi, veille du Nouvel An. «Il est temps de s’organiser pour continuer de délibérer jusqu’à ce que l’on trouve un verdict», a insisté la juge.

Quatre victimes d’Epstein ont témoigné à la barre

Détentrice d’une triple nationalité britannique, française et américaine, Ghislaine Maxwell risque des dizaines d’années de prison si elle est jugée coupable des six crimes qui lui sont imputés, tous en lien avec des violences sexuelles commises par Jeffrey Epstein sur quatre victimes, mineures à l’époque des faits, et qui ont témoigné durant le procès. Fille du magnat britannique de la presse Robert Maxwell (mort en 1991), elle plaide non coupable.

(AFP)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

La prééclampsie ne doit plus être une fatalité de la grossesse

Nouveaux biomarqueurs, algorithmes associant des données démographiques, échographiques, cliniques et biologiques: la compréhension de cette maladie mystérieuse progresse. ...

Plus d'articles comme celui-ci